Dans les yeux du quatorzième

0005201f-c7a1-5a82-ac83-bc3a3bd6697e_958 (1)

Nous sommes 14. Quatorze a avoir décidé de prolonger ensemble cette soirée dans cet endroit à la fois de détente et de luxure, où chacun ne porte que pour seul vêtement un unique paréo. Les esprits et les corps se sont déjà détendus après une immersion prolongée dans ce jacuzzi qui pour l’occasion nous est quasiment privatisé. Malgré que ce lieu soit le plus grand sauna libertin de Paris, il ne permet de nous réunir tous au niveau du bar et nous migrons alors dans ce grand espace ouvert entre le bar et le jacuzzi. Un endroit agrémenté de banquettes et d’un immense matelas central qui pour certains d’entres nous, rappelle une soirée d’anniversaire. L’écran plat qui surmonte l’endroit diffuse un porno sans saveur, où les corps ultra-siliconés s’agitent dans des mouvements mécaniques et répétitifs à l’infini.

Rapidement les mains commencent à parcourir les corps pour prodiguer de lentes et douces caresses. Les corps s’allongent et se mêlent, les bouches commencent à goûter aux parfums des peaux, des groupes à deux trois ou plus se forment dans cet espace ou chacun est à porté de bras de l’autre. Je reste comme isolé au sein de ces groupes à observer, mais ma place n’est pas là, pas pour le moment en tout cas. Je m’éloigne discrètement de notre groupe pour prendre du recul et venir observer la scène dans son ensemble. L’endroit où nous nous sommes installés est dans une partie en contrebas du bar, je m’installe donc légèrement en hauteur ce qui me donne une vision imprenable sur la suite des évènements.

  • Les corps s’enlacent
  • Les bouches goûtent, mordillent
  • Les cuisses s’écartent
  • Les seins se tendent
  • Les langues s’agitent
  • Les mains enlacent, empoignent, griffent
  • Les sexes se dressent
  • Les doigts caressent, pincent, branlent

L’écran qui semble diffuser en boucle ce film porno au dessus de cette scène est devenu totalement insignifiant. Les gens passent, s’arrêtent, regardent sans forcément s’approcher. Les cris de plaisir commencent à s’élever de la scène. Comme pour préserver une intimité toute relative, le responsable du lieu tire les minces voilages qui séparent l’endroit où nous sommes, du bar placé juste à côté. Pour autant même si ce mince voile coupe le regard il n’arrête nullement ces ondes sonores de plaisir. Je suis toujours seul à regarder, comme survolant cette scène. Je m’imagine quelle pourrait être ma place au sein du groupe, mais il encore trop tôt pour moi. Les configurations présentes sont en harmonie, mon tour viendra, il faut savoir parfois être patient que de vouloir forcer les choses. J’échange quelques regards et sourires complices avec certains. Au delà des cris de plaisir, je vois également le plaisir monter dans la tension des corps.

  • Les corps transpirent de plaisir et se cambrent
  • Les bouches avalent goulument
  • Les langues deviennent plus pressantes
  • Les culs remontent
  • Les mains claquent sur les fesses
  • Les lèvres s’écartent de plaisir
  • Les sexes se frottent à leur partenaire pour mieux être pénétrés
  • Les doigts branlent vigoureusement et fouillent les intimités

Il est temps pour moi de venir rejoindre le groupe. Venir ajouter à cette scène de plaisirs partagés une part de l’histoire, celle dont j’ai envie, celle qui va certainement me plaire. Je descends pour m’approcher et arriver à hauteur de la scène. Plus rien ne me sépare du groupe désormais, un signe de main d’une des participantes pour les rejoindre me confirme que le moment choisi était le bon . Dans quelques instants nous seront de nouveau 14 réunis, mais ça c’est une autre histoire …

 

NB : photo d’illustration contractuelle

Une pensée sur “Dans les yeux du quatorzième”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *