Les amoureuses – Les amoureux

 

Ce billet fait écho à cet autre billet publié sur le blog de Madame Flo. Il est vrai que je m’exprime très peu et donc encore moins sur le sujet du polyamour. Mais ce billet m’a donné envie de donner ma vision des choses qui est à la fois similaire et complémentaire.

Notre découverte des mondes du libertinage, du polyamour et du BDSM durent maintenant depuis plus d’un an. Nous avons énormément évolué durant toute cette période et toutes ces évolutions ne sont pas toutes déroulées facilement.

La découverte du polyamour dans mon parcours a plutôt ressemblé à la pierre que vous n’avez pas vu sur le chemin et sur laquelle vous trébuchez violemment plutôt que la belle fleur que vous avez remarqué et qui vous attire irrésistiblement. Bref dans ma vie de monogame “accompli” l’arrivée du polyamour pour ma compagne m’a fait l’effet d’un boulet de canon.

Lorsque cela vous arrive plusieurs symptômes physiques et émotionnels vous assaillent :

  • La peur de perdre l’autre : est ce qu’elle va partir ? me remplacer ?
  • Des crises d’angoisse la nuit aux insomnies : expliquer à son médecin le concept du polyamour et se voir prescrire des anti-anxyolititques ;
  • Se remettre en question sur tout : retracer les 12 dernières années et se demander ce qui n’a pas marché pour en arriver là ;
  • Avoir l’impression de détruire le bonheur de l’autre en réagissant de la sorte et de rentrer dans un spirale sans fin.

Il faut dire sincèrement que la situation n’est pas des plus confortables pour un monogame socialement convaincu depuis sa plus tendre enfance avec les histoires de princes et de princesses. Même si mes parents ne m’ont pas préparé spécifiquement à ce genre d’évènement dans ma vie ils m’ont donné les outils pour les surmonter : essayer de comprendre les choses avant de se faire un avis comme on demande aux enfants de gouter à un plat avant de savoir si on aime ou pas.

Mes réactions face à ce séisme ont été multiples :

  • Se renseigner sur le polyamour : lire les livres de Françoise Simpère pour comprendre, se mettre à la place de l’autre ;
  • Essayer de se projeter : face à un évènement qui signe en général la fin d’une relation il est important de se raccrocher à un avenir possible toujours à deux mais avec le polyamour ;
  • Essayer de trouver des personnes dans la même situation : objectif complexe car autant les polyamoureux ont leur communauté autant les monogames qui “subissent” cet état de fait sont difficiles à trouver.

Il y a maintenant presqu’un an que tout cela est survenu, et beaucoup de choses ont encore évoluées depuis. De ma situation de monogame “convaincu” pour qui le polyamour semblait impossible à vivre, je me suis doucement laissé convaincre pour aujourd’hui commencer à vivre une relation que j’ai encore sans doute du mal à voir comme une relation réellement polyamoureuse. Les idées ont parfois la vie dure.

Passer de spectateurs à acteur dans le polyamour n’est pourtant pas aussi simple qu’il n’y parait en tout cas pour ce qui est de mon expérience. Malgré une position qui peut sembler plus confortable vu de l’extérieur, les questionnements et les sensations sont multiples :

  • Une sensation de culpabilité : ne pas vouloir que l’autre souffre comme on a pu souffrir à un moment donné en tant que spectateur ;
  • Arriver à concilier du temps pour tous et de manière égalitaire : réussir à trouver un équilibre pour ne pas faire souffrir l’un des partenaires dans les relations ;
  • S’absenter de la maison pour voir l’autre : penser à sa famille pour laquelle on n’est pas là. Oui je suis un mari et un papa de 3 enfants et laisser ma famille est toujours un déchirement.

Il n’y a pas de bonne ou de de mauvaise position dans le polyamour, elles sont tout simplement toutes les deux différentes et comportent tout autant leur part de souffrance, joie et questionnement.

Ce billet peut paraitre bien morose à sa lecture pour autant le polyamour c’est aussi pleins de merveilleux moments, d’échanges enrichissants. Comme toute nouveauté il est parfois difficile de l’appréhender mais lorsque la discussion est là avec l’autre tout cela est surmontable. Nous avons également trouvé énormément d’informations sur les sites de polyamour ou lors de rencontres dans les cafés poly parisiens.

Enfin pour ceux qui se poserai la question ou pas : oui mon couple va très bien merci et j’aime Madame Flo encore et toujours plus chaque jour ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *